Aller au contenu. | Aller à la navigation

Navigation

Navigation
Menu de navigation
Vous êtes ici : Accueil / Loisirs / Tourisme / Office de tourisme / Personnalités / Poulycroc
Actions sur le document
Poulycroc

Poulycroc

Origines du groupe

Le groupe est fondé en 1996, à Lessines (Hainaut) par Jef et Flo, deux musiciens amateurs. Xaf, un ami des deux guitaristes, qui jouait alors avec Jef au sein d'une ancienne formation musicale Lazy Monkey (Dour Festival ‘98) les rejoint à la basse et Toni, un quatrième musicien prend la batterie.

Origine du nom

L’alchimie entre les 4 amis plaît à plusieurs de leurs amis qui viennent les voir en répétitions et qui, un jour, leur proposent de faire un concert. A ce moment, le groupe n’a toujours pas de nom et, le 28 juin 1997, l’objectif du premier concert est d’en trouver un via un jeu avec le public.

Le résultat du concours est désastreux mais un nom a retenu leur attention : le fait qu’un spectateur ait proposé le numéro de téléphone de sa tante avec « ti même » derrière était jugé tellement absurde que la personne remporta le concours. Mais aux yeux du groupe, cela ne faisait toujours pas un bon nom. Quelques semaines plus tard, un tarif de friterie leur donne l’inspiration : « les Viandelles », « les Bickys »,... autant de noms qui collent à leur envie de s’inscrire dans un esprit folklorique belgo-belge. Le nom « Poulycroc » (spécialité belge à base de poulet) étant celui qui les a fait rire le plus, il fut adopté.

Ascension 

En 2001, l’ascension rapide du projet Wash Out Test va quelque peu changer le line-up originel de Poulycroc. En effet les 2 groupes sont fort demandés et pour certains membres, il devient difficile de concilier les deux formations. Xaf et Toni choisissent (deux fondateurs du groupe), pour des raisons de paternité pour l’un et d’études pour l’autre, de se consacrer à fond à un seul des deux projets : Wash Out Test. Ils sont remplacés dans Poulycroc par Dave (basse) et Schnell (batterie). La section de cuivre atteint maintenant 6 musiciens, créant une sorte de "fanfare rock’n roll".

Le concept de mélanger du ska-punk et de la fanfare folklorique atteindra un sommet en 2002 lorsqu’ils mettent sur pied un concert avec une Fanfare complète de 40 musiciens, la fanfare du petit village de Ghoy qui fêtait alors son cent-vingt-cinquième anniversaire.

Le chemin du groupe a déjà croisé quelques pointures, en particulier des noms qui font partie intégrante du folklore musical belge : Le Grand Jojo, Les Gauff’ Au Suc’, Urban Trad, Lou & The Hollywood Bananas (Lou Deprijck),... ou de la scène ska et punk : La Ruda, Les Cameleons, Babylon Circus,...

Le groupe s’efforce néanmoins de rester accessible aux étudiants et autres « petits » organisateurs à qui il doit beaucoup et met un point d’honneur de continuer, à tous niveaux et tous azimuts, de diffuser leur folklore, leur manière festive de voir la vie, leur goût immodéré pour le divertissement, les styles musicaux qu’ils apprécient et leur bonne humeur générale.